Groupement des Industries de Construction et Activités Navales

Le groupe aéronaval - catalyseur d’innovation



Le 8 novembre dernier, les principaux acteurs industriels du naval français impliqués dans le renforcement des capacités opérationnelles de l'ensemble du groupe aéronaval (GAN) étaient réunis à Paris, autour du VAE Rolland, commandant la Force d’action navale (ALFAN) et de M. Hervé Guillou, président du Groupement des Industries de Construction et Activités navales (GICAN).

Ce séminaire a été en particulier pour l'amiral Aussedat, commandant le groupe aéronaval, l’occasion de revenir, devant une quarantaine de responsables représentant l’excellence du savoir-faire français en matière d'industrie navale, sur les principaux enseignements tirés depuis la reprise d'activité de nos forces aéronavales après l'arrêt technique majeur du Charles de Gaulle, et en particulier lors des 128 jours de déploiement, durant la mission Clemenceau 2019. Cette démarche avait pour objectif de permettre aux industriels qui conçoivent et construisent nos systèmes de mieux comprendre les conditions de leur emploi, dans un contexte opérationnel évolutif, afin de mieux anticiper leur nécessaire adaptation.

Hervé Guillou a remercié chaleureusement l’amiral Rolland pour cette initiative et a, pour sa part, rappeler les défis pour construire la nouvelle génération de plateformes navales, mêlant combat de haute intensité et lutte sous menace asymétrique, prévues pour des évolutions technologiques plus fréquentes que par le passé tout en devant être au rendez-vous du management du big Data et de la maintenance prédictive.

L’évolution des menaces sous-marines, de surface ou aériennes, dans une dimension asymétrique mais aussi plus haut dans le spectre des menaces, impose en effet à l’ensemble de nos unités navales de continuer à adapter nos tactiques et nos modes d'actions pour conserver l’avantage, près des côtes comme en haute mer. A l’évolution des menaces et de nos propres capacités dans les domaines traditionnels de lutte, il faut désormais ajouter celles induites par la transformation numérique, par exemple dans le monde cybernétique et pour le traitement de l’information.

Après la refonte à mi-vie du Charles de Gaulle achevée en 2018 et l'arrivée d’unités particulièrement performantes comme les FREMM, équipées de leur Caïman Marine, le Rafale Marine F3R, l’Atlantique 2 standard 6, et bientôt le sous-marin de type Barracuda,  le groupe aéronaval français confirme, dans sa préparation opérationnelle comme lors de ses déploiements, son rôle unique d'intégrateur de capacités, nationales ou alliées, et fait progresser tous les équipages et marins qui ont la chance de pouvoir agir dans son environnement.

©Marine nationale pour photo – Auteur :– Marine nationale Communication de la Force d’action navale