Groupement des Industries de Construction et Activités Navales

Plan de relance : le GICAN et les industriels de la mer restent mobilisés à la suite des annonces du gouvernement



Depuis le début de la crise, le GICAN se mobilise pour la relance du secteur naval français, durement touché.  En ce sens, des propositions avaient été faites par la Filière des Industriels de la Mer au Conseil National de l’Industrie le 14 mai 2020. Ce jeudi 3 septembre, le Gouvernement a finalement annoncé les contours du plan France Relance.  

            Le Ministère de la Mer a annoncé que 650 M€ de ce plan étaient mobilisés pour le secteur maritime, englobant des actions liées aux infrastructures portuaires, à la pêche, à l’aquaculture, aux industries de la mer, à la préservation du littoral, à la formation, au tourisme, à la recherche et à la culture maritime. Concrètement, deux mesures concernent spécifiquement le secteur maritime dans le document de France Relance : une mesure pour le verdissement des ports, dotée de 200 M d’€, et une mesure pour la pêche, l’aquaculture, et le mareyage, dotée de 50 M d’€. Ces deux actions concernent la Filière des Industriels de la Mer, puisqu’elles comprennent un volet de réduction des émissions des navires en phase avec les travaux du CORIMER, et ses feuilles de routes sur l’innovation et la réduction de l’empreinte carbone de l’activité de la filière. Les 400 autres millions sont espérés par le Ministère de la Mer dans le cadre d’autres mesures transverses ; 120 millions sur la protection de l’environnement et de la biodiversité, 60 millions d’euros pour les infrastructures maritimes hors port, 150 millions d’euros sur les technologies et le renforcement des industries de la mer, ou encore 60 millions d’euros sur la formation et les compétences. Sur ce sujet, le GICAN a déjà beaucoup travaillé ces dernières années, avec la création du Campus des Industries Navales, et espère pouvoir intensifier son action à la faveur de ce plan de relance.

            En plus de ce qui la concerne au sein du volet maritime du plan de relance, l’industrie navale accueille aussi très favorablement les différentes mesures concernant la compétitivité qui la concernent. La baisse des impôts de production, auxquels l’industrie contribue fortement (elle acquitte 19,2% du montant total des impôts de production alors qu’elle représente 13,6% de la valeur ajoutée nationale) est ainsi une aide d’importance pour les industriels, de même que les mesures de soutien à l’export, l’activité navale civile trouvant 95% de ses débouchés par ce biais (35% pour la défense), ou encore les mesures de soutien à l’innovation, et notamment au développement de la propulsion par hydrogène. Dans le cadre de sa feuille de route Green Ship, le CORIMER s’efforce ainsi d’identifier des projets prometteurs sur le sujet afin de les aider à obtenir un soutien financier public. Un quatrième programme d’investissement d’avenir (PIA 4) est lancé par le gouvernement pour structurer les différents appels à projet et flécher les investissements vers les secteurs les plus porteurs. L’enjeu pour les industriels sera de présenter des projets cohérents avec les objectifs du PIA 4 afin de bénéficier du soutien financier public pour retrouver et maintenir une trajectoire de croissance.

            Le GICAN et la filière restent ainsi mobilisés afin de travailler avec les pouvoirs publics, et notamment le Ministère de la Mer mais aussi ceux de l’Industrie et des Armées, afin de pouvoir mettre en valeur les projets développés par les industriels et qui pourraient contribuer à la relance et à la transformation de l’économie française.